18/06/2003

Petite leçon d’économie

J’sais pas le temps que vous avez eu, mais moi j’ai pas eu à me plaindre.  Enfin un peu de fraîcheur avec 14° la matinée et du brouillard jusqu’en fin d’après-midi, c’est tout ce que j’espérais la veille sous 28° !  La chaleur, ça commençait à devenir lassant.
Bon, venons-en au sujet du jour.  Vous aimez les actions ?  Je parle de celles de la Bourse.  Il va bientôt falloir travailler quelques minutes, le temps de passer ses ordres.  Si vous savez pas quoi faire cette nuit, tentez le coup sur Tokyo, c’est bon marché.  « Clic, clic, clic, taptaptap, enter », et y a plus qu’à attendre juillet pour prendre ses bénéfices.  Dur, dur le boulot…  Si t’aimes pas le risque, y a plus qu’à retourner chez ta mère et son vieux panty tirelire.
Pourquoi vous raconter tout cela ?  Parce que dans mes archives, je viens de retomber sur un « vieux » journal du 16 janvier 2003 qui m’a donné le goût de la Bourse.  Pour tes premiers pas, y a pas mieux que d’imiter la Région wallonne.  Ecoute cela !  Quelques jours avant le 16 janvier, la Région wallonne a voulu vendre ses parts (actions) qu’elle détenait dans ARCELOR.  Tiens, tiens, cela ne te rappelle rien ????  Ouais, mais regarde la date ! On est en janvier, bien avant qu’Arcelor ne décide de s’enfuir de Cockerill. 
Question de « flair » ou de « filons », on ne peut pas mieux faire que celui du ministre wallon de l’économie qui déclarait « Est-il concevable de laisser dormir des réserves d’une telle ampleur ? » (Vers l’Avenir 16/1/2003).  Donc, mon décodeur cérébral clignote et affiche qu’il est temps de revendre les Cockerill.  La RW n’est pas toujours aussi stupide qu’on pourrait le penser.  Y a pas de fumée sans feu.  Si t’es pas convaincu, va voir les fourneaux depuis Liège jusqu’à Charleroi et tu comprendras ce que « fumée » veut dire.  N’attends pas trop longtemps, car bientôt on regrettera ces panaches de poussières et d’odeurs qui sentent bon le travail de toute une région. 
Si tu veux réagir, réagis.  Ou tu le cries, ou tu vends.  Mais çà, t’as pas intérêt à le crier sur tous les toits.  Attends surtout la suite… que tu ne connais évidemment pas et que d’autres ont déjà planifiée.

21:07 Écrit par nic | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

9 Ans... J ai travailler 9 ans comme informaticien en metallurgie a charleroi et il faut comprendre l attachement des gens a ce milieu...
Ils sont un peu bouru et parfois pas tres malin mais ils sont attacher a ce qu ils font... et en plus il savent s amuser....

Pour eux c est difficile apres un certain nombre d annees de leur dire c est finit mais comme la metalurgie ca marche plus on sais pas ce qu on va faire de toi...

Seul les metier comme electicien, comptable, mecanicien et autre non relatif a lq metqlurgie peuvent encore s en sortir... mais les vrai de vrais qui travail l acier, maine le four et tout ca...

enfin... business is business

Écrit par : PaKaL | 18/06/2003

Les commentaires sont fermés.